1er mai : Entre réjouissances, doléances, et défis

La Journée internationale du travail a de nouveau été commémorée à la Compagnie Energie Electrique du Togo ce 1er mai. Une occasion pour le personnel de la CEET de faire une pause pour se rassembler autour de leurs premiers responsables, dans une ambiance festive et conviviale. Cette année encore, les syndicats ont soumis des doléances ; doléances dont la direction générale prend acte, en comptant sur l’engagement renouvelé des employés pour l’atteinte des objectifs fixés par la société.

Elle a une nouvelle fois tenu toutes ses promesses. En effet, la fête du travail à la CEET représente un moment de renforcement des liens de collaboration entre la direction générale et le personnel. Un moment souvent marqué par des échanges entre employeurs et employés sur les conditions de vie et de travail.

Les doléances des syndicats

Cette année, les trois syndicats de la CEET ont demandé la mise en œuvre de toutes les recommandations de la décision du 12 mai 2015 pour plancher sur l’impact de la centrale Contour Global Togo SA dans les comptes de la CEET, à la suite des mouvements de contestation de février 2015 des partenaires sociaux ; des mouvements qui visaient à séparer les charges de Contour Global de celles de la CEET.

Ils revendiquent l’ouverture des discussions pour la révision du règlement intérieur, afin de le rendre conforme au nouveau statut du personnel, une implication plus accrue des partenaires sociaux dans le choix des options concernant la gestion des ressources humaines, et l’accélération de la mise en œuvre du système de management intégré, en vue d’améliorer en continu, le fonctionnement des processus et la qualité de service de la CEET.

« L’activité de branchement des abonnés se trouve au cœur des métiers de la CEET. Sa sous-traitance à des tiers n’est pas, à terme, sans conséquences fâcheuses pour la CEET. Dans sa forme actuelle, les risques potentiels encourus sont énormes. Il urge donc d’engager des réflexions assez sérieuses et sans passion dans le sens de mesurer les forces et les faiblesses de cette option. Trouver une solution satisfaisante pour le cas des agents qui se trouvent dans une situation d’inactivité. Ce qui s’apparente à une mise au garage. Pourvoir aux besoins en ressources humaines qui, de plus en plus, paralysent les activités dans la plupart des unités opérationnelles de la CEET. Mettre de toute urgence en place un plan de carrière du personnel de la CEET accompagné de sa mise en œuvre rigoureuse, conformément à l’engagement de gestion des ressources humaines en son article 14.3 du contrat de performance signé le 11 mars 2016. Reprendre le projet de construction abandonné pour permettre à la CEET, notre patrimoine commun, d’avoir un siège digne de ce nom. Réévaluer les moyens mis à la disposition du projet de démantèlement des branchements anarchiques, afin que les objectifs des 100.000 branchements soient atteints. Formaliser un cadre permanent de dialogue social entre la direction générale et les partenaires sociaux, en vue de renforcer la cohésion sociale au sein de la CEET. Prendre les dispositions idoines pour mettre à la disposition des assureurs de la CEET, les cas d’assurance-maladie. », a égrené le porte-parole des syndicats.

Outre ces revendications, les syndicats de la CEET souhaitent désormais que la direction générale communique périodiquement sur les ratios suivants : masse salariale par chiffre d’affaires, nombre de kWh vendu par agent, nombre de clients réalisé par agent, et la masse salariale par sous-traitance.

« Nous en prenons acte »

Le directeur général de la CEET, Paul Mawusi Kakatsi, dans son allocution, a salué la présence massive des agents de la société, ce qui, pour lui, témoigne d’une marque d’intérêt. Il a félicité les travailleurs de la Compagnie et leur a rendu un hommage appuyé, pour la grande conscience de travail dont ils font preuve. Il a également exprimé sa gratitude à l’endroit des représentants du personnel pour leur apport hautement appréciable à l’harmonie et au climat social apaisé au sein de la CEET.

Abordant les doléances des syndicats, Paul Mawusi Kakatsi a fait savoir que la direction générale en a pris acte. « Nous faisons la promesse de les transmettre fidèlement aux organes de gestion de la CEET, tout en insistant que nous allons nous appliquer à ce que, au moins, il y ait un début de mise en œuvre, sinon, une mise en œuvre totale », a-t-il précisé.

« Comme vous le constatez, sur l’exercice passé et cet exercice, nous avons déployé beaucoup d’efforts pour améliorer les conditions de vie et de travail au sein de la CEET. Je m’en vais citer quelques cas : l’acquisition de nouveaux véhicules utilitaires pour les interventions opérationnelles, l’adoption d’un nouveau statut de personnel, la fourniture accélérée des équipements et des outils de sécurité, la reprise des rencontres  périodiques avec les partenaires sociaux, même si c’est au niveau informel pour l’instant, l’opérationnalisation du Centre d’information et de services, etc. C’est notre travail commun. Nous y avons tous contribué et je tiens ici à vous exprimer la reconnaissance de la société. », a relevé Paul Mawusi Kakatsi.

Le directeur général a indiqué que certains points sont en chantier, mais qu’ils les finaliseront ensemble pour l’atteinte des objectifs fixés ; des objectifs adossés à une viabilité durable de la société.

« Nous allons nous atteler le plus tôt possible au renforcement du personnel dans les unités où il y a déficit. A la révision du règlement intérieur, l’organisation des élections du délégué du personnel, la mise en place des comités sécurité et santé au travail et le plan métier, nous sommes déjà en train de travailler, tout comme c’est le cas pour l’équipe mobile CEET de branchement qui sillonnera l’intérieur du pays, afin d’éponger les travaux de branchement en attente. », a-t-il déclaré.

Sur le point de la sous-traitance des activités de branchement des abonnés, Paul Mawusi Kakatsi a affirmé que c’est une solution de gestion qui s’inscrit dans un cadre d’urgence dicté par l’atteinte des objectifs prioritaires que le gouvernement a fixés à la CEET. « Le mandat social du gouvernement recommande une croissance accélérée de l’accès à l’énergie, en tenant compte du pouvoir d’achat. Et tous ces projets doivent démarrer immédiatement. Nous avons donc allié réflexion, conception, et mise en œuvre simultanément ; capacité qui dépasse actuellement nos ressources humaines. C’est une solution qui est adaptée à un contexte. Et si le contexte change, la solution aussi changera », a-t-il expliqué.

« Si le 1er mai est l’occasion de soumission des revendications, de célébration des acquis et aussi et surtout un rappel à la mobilisation pour préserver ces acquis et pour les multiplier, nous devons donc nous appliquer et prendre la peine de combattre au quotidien l’indiscipline, l’insubordination, la paresse, le laxisme et le désir du gain facile qui contournent les procédures. Ce sont des comportements qui mettent à mal la société. Je convie donc chacun à la rigueur au cours de l’effort et que chacun s’engage à adopter un comportement productif. C’est pourquoi j’apprécie cet indicateur qui montre le chiffre d’affaires par rapport à l’agent. Chaque agent est désormais un agent marketing, un chercheur de branchement, un facilitateur dans les délais de réalisation des branchements, un facilitateur auprès des demandeurs de branchement pour que nous puissions ensemble atteindre cet objectif des 100.000 branchements par année qui respectent aussi le mandat social du gouvernement. Je sais pouvoir compter sur vous, car le chemin parcouru montre déjà qu’il y a eu des résultats satisfaisants qui ont été réalisés », a laissé entendre Paul Mawusi Kakatsi.

« Pendant ces trois ans pratiquement, nous nous sommes attelés à repositionner la CEET sur l’axe de la croissance et de la viabilité financière. Nous sommes en train d’achever cette étape pour que nous puissions réellement devenir un outil indispensable à la politique du gouvernement axée sur la croissance accélérée et le développement du pays. La CEET s’attèle à jouer son rôle de société citoyenne, de société qui contribue à l’augmentation du PIB, et à la réduction de la pauvreté à travers l’accélération du taux d’accès à l’énergie. J’apprécie aussi cet indicateur qui fixe le nombre de clients par rapport à l’agent. L’augmentation de l’effectif est subordonnée à la croissance de la société. C’est un travail qui dépend de nous tous et de notre productivité », a conclu le directeur général.

Paul Mawusi Kakatsi a profité de cette tribune pour présenter au personnel de la CEET, les deux agents qui ont été décorés à l’occasion du 58ème anniversaire de l’indépendance du Togo. Il s’agit du conseiller principal du Conseil d’Administration, M. Abi Kao, et Madame Boutora-Takpa. Il a remercié le chef de l’Etat pour cette prime à l’efficacité et à la rigueur dans le travail.

Une cérémonie de remise de diplômes aux agents de la CEET qui totalisent un certain nombre d’années d’expérience au service de la société, a couronné les festivités de ce 1er mai.